Le guide de votre bien-être à domicile

Débimètre de pointe

Vivre avec son asthme

débimètre

© nSpire

Le sujet asthmatique a appris à déjouer les chausse-trappes que sont pour lui certaines situations anodines pour les autres. Il a noté les recommandations de son pneumologue, visant à améliorer sa qualité de vie comme d'aérer toutes les pièces de son habitation au moins dix minutes par jour, en dehors des pics de pollution. C’est-à-dire tôt le matin ou tard le soir.
  1. Les recommandations d’usage
  2. Fuir les allergènes
  3. Gare aux produits d’entretien
  4. Allergique au chat ?
  5. Les écolabels
  6. Relaxation
  7. Une vie saine sans polluant

Les recommandations d’usage

Ne bouchez pas les grilles d’aération pour assurer au logement une bonne ventilation. Pour bricoler, portez un masque, protection indispensable contre les poussières, à l’occasion de certains travaux. Par ailleurs, les produits utilisés peuvent être nocifs. Là encore, aérez largement après les travaux. N’utilisez pas de chauffage d’appoint au pétrole ou au gaz en continu (monoxyde de carbone) même pour chauffer une pièce mal ventilée. Veillez à l’entretien de la VMC (ventilation mécanique contrôlée). Fuyez autant que possible les caves et les greniers, véritables nids à poussière. Aérez-les fréquemment, pour éviter le développement de l’humidité et des moisissures. De même, le stockage de denrées alimentaires peut favoriser la venue de rongeurs potentiellement allergisants. Au garage, évitez d’entreposer des produits toxiques, des désherbants. Et s’il communique avec la maison, ne laissez pas tourner le moteur de la voiture à l’intérieur.

Fuir les allergènes

La loi interdisant le tabac dans les lieux publics est favorable au sujet asthmatique qui lui-même ne fume plus. A l’occasion de réunions amicales, Il ne faut pas céder au tabagisme passif. Attention aussi à la fumée de cheminée, aux acariens, moisissures, poils d’animaux. Les moisissures se développant dans la terre trop humide. Gare aux blattes et à leurs déjections. Désinsectisez à l’aide de deux traitements consécutifs. Mettez en place d’un purificateur d’air. Créez une zone de sommeil saine (exclusion des animaux domestiques), sans moquette. Aspirez les tentures, choisissez des housses anti-acariens. Aspirez ! Parquets, surtout anciens, canapés et fauteuils en tissu, coussins, abat-jours. Et dans l’absolu, tout comme dans l’espace sommeil, pas de moquette du tout ni de tapis dans le logis. Réglez des thermostats et appareils de chauffage à 20°, pas davantage. Attention aussi aux plantes vertes, qui dépolluent dit-on l’air intérieur mais qui trop arrosées, hébergent de nombreuses moisissures.

Gare aux produits d’entretien

La pollution est à l’intérieur ! Colles des meubles, des moquettes (décidément à éliminer). N ‘en rajoutez avec les aérosols, produits d’entretien, produits chimiques de synthèse utilisés pour nettoyer, parfumer, assainir la maison. Ne doublez pas les doses ! Pensez plutôt à certaines recettes de grand-mère comme le vinaigre blanc, très économique, qui détartre. Evitez le plus possible les produits phytosanitaires, les herbicides, Pensez à certains insectes prédateurs (coccinelles), alliées zélées des jardiniers. Enfin, utilisez du compost maison plutôt que des engrais.

Allergique au chat ?

Contrairement aux idées reçues, bébés et compagnons de tous poils peuvent cohabiter. En effet, une étude américaine conclut que les enfants élevés au contact de chiens ou de chats ont beaucoup moins de risques d’être victimes d’allergies en grandissant.

Les écolabels

En consommateur avisé, le sujet asthmatique recherchera les écolabels officiels européens « E » ou la marque « NF environnement ». Trouver des produits de substitution : panneaux d’aggloméré à faible teneur en formaldéhyde, isolant à base de chanvre au lieu de mousse urée-formol.

Relaxation

Techniques de respiration, yoga, méditation, gymnastique douce, chant. Favorisez toute activité susceptible de développer le souffle et d’apporter au quotidien un équilibre émotionnel et une maîtrise du stress.

Une vie saine sans polluant

Attentif à son environnement, le sujet asthmatique protégera ses muqueuses hautement irritables. Avoir de l’asthme condamne, en somme à vivre le plus sainement possible, en accord avec des valeurs liées au développement durable qui animent une large partie des citadins.